Sciences Thé : l’histoire d’un passionné de thés

Nous rencontrons Maxime, 26 ans, grand passionné de thé. Dans son blog Sciences Thé, il souhaite éclairer ses lecteurs sur toute la spécificité de l’univers du thé, en répondant aux questions: Qu’est ce que c’est le thé? Comment est-il fait? Et pourquoi en consomme-t-on?

POURRIEZ-VOUS tout d'abord nous en dire plus sur votre parcours Maxime ?

Depuis que je suis petit, je voulais être médecin. Je m’étais donc inscrit en première année de médecine. Après deux échecs au concours, je suis allé directement en deuxième année de licence en biologie sans trop savoir ce que je voulais faire. Puis la L3 est passée, le M1. J’ai pu donner des cours bénévolement aux étudiants de licence biologie, et c’est à partir de là que j’ai eu mon premier déclic. Je voulais travailler en recherche académique, j’ai vraiment pris plaisir à transmettre et à contribuer à la recherche. Je suis actuellement en train de finir mon doctorat en recherche sur le cancer. Au cours de mon doctorat, j’ai continué à enseigner et j’ai réalisé des cycles de formation en enseignement et médiation scientifique. Quelques mois avant la naissance de Sciences Thé, j’ai pu faire une formation d’initiation au journalisme scientifique et cela m’a beaucoup plu. J’ai voulu étendre cette expérience à une de mes passions : le thé.

Pourquoi avez-vous créé votre BLOG SCIENCES THÉ ?

Quand j’ai fondé Sciences Thé, j’ai voulu donner des infos sourcées sur le thé en recherche. Mais je ne veux pas juste faire un résumé ou un listing. Je veux que les gens cherchent à comprendre le « pourquoi » des choses, comprendre la démarche expérimentale. Pourquoi on se pose la question scientifique (effet du thé sur XXX maladies, etc), pourquoi les recherches sont faites d’une certaine manière et comment elles sont faites. Je trouve cette démarche beaucoup plus intéressante parce qu’actuellement, je pense que la médiation et la vulgarisation des sciences stagnent. Des gens qui résument les sciences sur les mêmes sujets, je vois ça depuis que je suis petit. D’ailleurs il n’y a pas de média généraliste qui nous en apprend énormément sur le thé ! Finalement, des personnes qui cherchent à résumer et expliquer la démarche scientifique pour bien cerner les choses et se poser les bonnes questions, il n’y en a pas beaucoup ! En France, on a la chance d’avoir des dispositifs comme « Tous Chercheurs » qui ouvrent les portes des laboratoires au grand public. Ils s’informent sur les sujets de recherche en cours et participent à la réalisation des expérimentations. Cette sensibilisation à la démarche expérimentale manque beaucoup dans notre société. Je le vois bien avec le COVID où beaucoup sont encore paumés … Sciences Thé c’est ma passion du thé avant tout, je l’honore avec des rapports de dégustation (aujourd’hui réalisés sur Instagram), l’exposition des vendeurs que je teste, les céramistes du thé, etc.

Comment avez-vous découvert cette passion pour le thé en particulier ?

Quand j’étais ado, j’avais découvert le thé via le supermarché : lipton, etc. Autant le dire tout de suite : j’ai détesté ! C’est une de mes amies qui m’a fait redécouvrir le thé pendant mes années facs de médecine. Quand on révisait les cours, elles me faisaient des thés aromatisés de chez Nature et découvertes (spécifiquement le Earl Grey Qimen et le Rooibos Vanille !), et j’ai eu le déclic à ce moment. J’ai commencé à boire régulièrement de cette gamme, puis à essayer d’autres marques comme Dammann Frères ou Mariage Frères. Je n’étais pas un grand buveur de thé mais j’étais à un mug par jour. J’ai eu mon deuxième déclic avec le thé 4 ans après quand j’ai franchi les portes d’une boutique qui ne vend que du thé chinois nature (coucou Lihua !). J’ai fait une dégustation, j’ai été conquis. Et là, rebelote, j’ai testé mes boutiques locales puis des boutiques plus lointaines. Je recherche sans cesse de nouvelles saveurs, comparer les thés avec la même appellation.

Avez-vous un rituel avec le thé chaque jour ?

Je vais faire au moins une infusion Gong Fu Cha par jour. Avec mon travail ce n’est pas toujours évident de boire beaucoup de thés. Mais j’aurai toujours une session sur la pause de midi et le soir (le matin c’est rare !). C’est important de s’aménager sa petite bulle de la journée. Récemment, j’ai fait l’acquisition de nouvelles céramiques de cérémonie (bateau à thé, jianshui) et d’un chabu pour bien délimiter mon espace pour faire le thé.

QUE SIGNIFIENT POUR VOUS LES BOISSONS CHAUDES? POURQUOI DE PLUS EN PLUS DE PERSONNES CONSOMMENT DES PRODUITS VENant de spécialistes/ artisans ?

Le thé c’est une boisson réconfortante, c’est une boisson qui est riche d’histoires, plein de diversités. Le thé m’a permis de rencontrer des personnes que je n’aurais probablement jamais rencontrées avant ! Quelque part, c’est un peu comme la pause-café dans les entreprises haha. Je ne suis pas sûr que l’aspect convivial ait tant motivé les gens à se tourner vers des spécialistes. J’ai l’impression que ce mouvement vient de la vague « bio, éco-responsable, etc ». On cherche à mieux s’informer, à prendre conscience que le bon thé n’est pas un produit que l’on fabrique en batterie. C’est un peu comme notre alimentation enfin de compte : des légumes du petit potager c’est complètement différent des légumes en hypermarché. A force de s’informer, on finit par trouver des adresses de commerces indépendants. On va échanger avec eux, continuer à s’informer et ainsi de suite. L’important n’est pas de se tourner vers un spécialiste parce qu’il est tendance ou que cela fait bon genre, mais de se tourner vers des personnes qui ont une vraie expertise et peuvent proposer de belles choses.

Quels produits avez-vous pour habitude de consommer ? Est-ce qu’ils ont des bienfaits particuliers ?

Je n’ai pas forcément un thé en particulier de consommation régulière. J’ai beaucoup de thés en petite quantité comme ça je varie tous les jours sans me lasser. Contrairement à ce que je peux laisser penser avec mon blog, je ne bois pas le thé pour ses bienfaits santé (plus ou moins discutables selon ceux qui sont avancés). Je pense qu’il est plus important d’être informé que de respecter scrupuleusement les modes de préparation que l’on peut retrouver dans les publications scientifiques (parfois bien loin du plaisir gustatif et de la réalité en tasse).

Est-ce qu’adopter une méthode de production écoresponsable vous semble-il très important aujourd’hui ?

Si l’on considère les thés de très bonnes qualités (petites plantations, jardins familiaux, primeurs, etc), la production écoresponsable existe déjà. Je ne suis pas assez au fait des méthodes d’agricultures dans l’ensemble des jardins de thés, donc je ne me permettrais pas d’avoir une opinion précise mais je pense qu’il y a un problème dans l’offre et la demande. On ne peut pas avoir tout : du thé à 2-3 euros, des premières feuilles/bourgeons, des quantités qui se chiffrent à la tonne. On n’en parle pas assez parce que cela sonne « puriste » mais je trouve que le sachet de thé devrait tendre à disparaître pour ne laisser place qu’au vrac. J’ai bien conscience que c’est un format pas très pratique (tout le monde n’a pas envie de se trimballer avec une théière ou un mug infuseur, de devoir faire plus de vaisselle, etc), mais cela fait aussi partie de la démarche écoresponsable. Nos habitudes de consommation doivent suivre ce que nous aspirons.

Avez-vous des objectifs en tête pour plus tard ? (concernant sciences thé et/ou votre carrière)

Pour le moment aucun pour le blog ! J’ai déjà des questions abonnés : faire du contenu exclusif style patreon, faire un livre, faire des fiches, etc. Pour le moment, je veux que mon contenu soit accessible à tout le monde parce qu’un des problèmes des publications en recherche c’est le « money wall’. Vous devez parfois débourser jusqu’à une centaine d’euros pour lire un article scientifique ! J’aimerais continuer à diffuser de l’information en toute liberté. Quelques boutiques m’ont déjà demandé de collaborer pour gérer la communication sur thé et la santé mais j’ai pour le moment toujours refusé. C’est très délicat de trouver la balance entre argument marketing et rester dans l’hypothèse. La Science, ce n’est jamais gravé dans le marbre. C’est toujours soumis à des modifications ou des suppositions. En avançant un argument marketing trop affirmatif (exemple : le thé contient des polyphénols bons pour le cholestérol), vous risquez de délivrer une mauvaise information : le client peut penser que cela va forcément contrôler son taux de cholestérol. Mais si vous écrivez au conditionnel, vous êtes déjà scientifiquement plus correct. Mais vous êtes du coup moins vendeur. Je peux comprendre que certains shops ne partagent pas ce point de vue, mais c’est comme ça que la Science fonctionne. Pour ma carrière pro, je vais déjà tâcher de finir ma thèse haha ! Mais j’ai déjà quelques idées pour l’année prochaine 😉

Un dernier mot pour conclure ?

Buvez du thé avant tout pour le plaisir ! On néglige souvent les passions sur notre santé mentale, qui est aussi importante que la santé physique car les deux sont biologiquement liées (je pense notamment au système immunitaire qui se retrouve affecter lors du stress chronique). Informez-vous, prêtez une oreille particulière aux médias et aux articles qui citent des sources fiables. Sinon, mon travail pour Sciences Thé serait encore plus facile !
Un immense merci Maxime d’avoir accepté de répondre à nos questions, et de nous avoir partagé votre passion pour le thé!
N’hésitez pas une seconde à suivre les belles aventures de Maxime sur son blog Sciences Thé, vous en apprendrez beaucoup sur le thé et ses bienfaits! Retrouvez également tous nos thés disponibles sur Sensaterra!

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *